Retour

Patrimoine Nature

Au cœur du Jardin d’Acclimatation de Paris, évadez-vous le temps d’une journée et laissez chaque pas vous révéler un lieu inspirant par sa formidable végétation diverse en formes, en couleurs et en parfums.

Le Second Empire pour écrin

Lieu de promenade depuis sa création en 1860, poumon vert de la capitale, inspiré de Hyde Park, le Jardin d’Acclimatation de Paris possède un remarquable patrimoine de plus de 1 800 arbres. Presque 160 ans après que le crayon du paysagiste de Napoléon III ait tracé son dernier trait, le Jardin renoue avec sa grande ellipse originelle l'allée Alphand, telle qu’elle a été dessinée par Barillet-Deschamps. Vous serez séduit par sa courbe poétique inspirée du « charming London », par son vallonnement, par l’alternance des essences et des hauteurs. La rivière est dégagée sur tout son parcours et ses berges bordées de cerisiers deviennent des lieux de flâneries idylliques pour les visiteurs.

Promenez-vous dans nos bois

Le Jardin accueille 18 hectares de promenade et de détente entièrement repaysagés. Prairies, allées, belvédères… la palette végétale du parc s’organise autour de « piliers vivants ». 400 chênes, pour la plupart, plantés au XIXe siècle relient la promenade. Parmi eux, « Quercus robur », le chêne pédonculé, domine fièrement près de la Grande Volière, des Grandes Écuries et du manège des Chaises Volantes. Il fait partie, avec le pin noir, de ces espèces qui, franchissant la clôture, rattachent le Jardin au reste du Bois de Boulogne. Des spécimens exotiques, tels que le séquoia de Californie, le marronnier d’Inde ou le cèdre de l’Himalaya ramenés des Indes Nouvelles, des lointaines Amériques, se mêlent à la végétation endémique de notre pays.

Les mains dans l’herbe, les pieds dans l’eau

Le Belvédère de l'impératrice, à l’entrée Saint-James du parc, se pare de plus de 100 pins, bouleaux, frênes, peupliers trembles, pruniers sauvages ou charmilles.

Allongé sur l’herbe de cette colline pittoresque, vous apercevez au loin la Tour Eiffel, saluant le pigeonnier de Gambetta qui trône à vos côtés. Bercé par le chant du lac, la quiétude vous entoure. Au pied de la butte, on devine les enclos de la Petite Ferme Normande, où déambulent des chèvres, des moutons, des ânes… L’eau vient revigorer ce décor avec la Pataugeoire et la Fontaine Sèche qui offrent sans danger de la fraîcheur aux enfants.

La botanique dans tous ses éclats

Trois nouveaux hectares, situés en bordure de la Fondation Louis Vuitton, ont eux-aussi été repaysagés pour retrouver les perspectives d'origine du Jardin. Érables de Cappadoce, noyers, chênes rouges, tilleuls à feuilles de cœur ont été plantés dans un nouvel espace boisé et ombragé, jalonné de bancs qui invitent à la lecture et à la conversation. Au pied de l’édifice en verre de la Fondation s’étend un grand miroir vert, nouvelle échine du Jardin, dont les 5 000 m2 sont bordés à leur autre extrémité par la Grande Volière imaginée par Gabriel Davioud, il y a presque deux siècles.