1872- 1875 : La renaissance du Jardin

1972 - 1875 : La renaissance du Jardin

Réaménagé et embelli, le Jardin d’Acclimatation ouvre à nouveau en 1872. Maintes améliorations y sont apportées et de nouvelles attractions apparaissent, pour le plus grand plaisir des visiteurs. Une bergerie supplémentaire, des écuries, une nouvelle magnanerie, des parcs d’élevage de canards, un vaste chenil, un buffet, un « panorama », un gymnase réservé aux enfants qui peuvent aussi faire des promenades à dos de zèbre, de dromadaire, de chèvre ou d’autruche… Le parc retrouve sa flamboyance avec une fréquentation qui atteint plus de 10 000 visiteurs certain dimanche.


En 1878, le Jardin offre à ses visiteurs le plaisir d’une balade pittoresque en faisant l’acquisition d’un ingénieux système ferroviaire : le Petit Train, inventé par l’industriel Paul Decauville (1846-1922). À l’origine, la ligne part de l’Étoile et traverse le bois de Boulogne, mais son tracé est rapidement modifié et la Porte Maillot devient, jusqu’à aujourd’hui, la gare de départ. Le Petit Train est tiré par deux poneys, passe au moteur à explosion au XXe avant d'aborder le XXIe siècle à l'électrique.
Le Jardin d’Acclimatation reconquiert aussi son statut de lieu des sciences et de la culture. Les concerts hebdomadaires sur la grande pelouse et les cycles de conférences scientifiques ponctuent la programmation annuelle du parc. Un musée du Sport et de la Chasse est également inauguré. Grâce à la variété de ses collections, de ses attractions et de ses manifestations, le Jardin d’Acclimatation est alors le lieu le plus prisé des parisiens.

Après la guerre de 1870, le ministère de la Guerre décide de doter la France d’un réseau de colombiers militaires. Le premier est construit en 1875 au Jardin d’Acclimatation sous la direction de l’administration des Postes.
Les volatiles sont soumis à la conscription et sont inscrits à Paris sur un registre, afin de pouvoir les réquisitionner en cas de besoin. Ils sont soumis à un entraînement régulier. À cet effet, le Jardin patronne le sport colombophile et impressionne chaque année grâce à ses lâchers de milliers de pigeons. Des concours réunissant des participants de nombreux pays sont, eux aussi, couronnés de succès. Le Jardin présente une exposition de pigeons voyageurs à laquelle se presse une foule curieuse d’admirer les vainqueurs internationaux de 1872, 1873 et 1874 et les représentants des meilleures races anglaise et belge dont l’établissement a fait l’acquisition. Témoin de cette époque, le pigeonnier trône toujours au cœur du Jardin d’Acclimatation.